L'Etude du Dr ROUILLON

 

Une première étude, rapportée par Laetitia PIERROT le 19 décembre 2003 (alors étudiante en médecine) avait suivi l'évolution de 33 dossiers sur 1 an.

Une deuxième étude, rapportée par Olivier ROUSSEL le 21 octobre 2009 (alors étudiant en médecine) avait suivi l'évolution de 50 dossiers sur 3 ans.

 

Pourquoi si peu de dossiers sur les 320 disponibles ?

Parce que pour être concluante, une étude doit comparer ce qui est comparable. Le sein d'une personne maigre n'évolue pas de la même manière que celui de quelqu'un de plus gros. Celui d'une jeune femme n'évoluera pas comme celui d'une femme plus mûre. Il a donc fallut définir ce que les scientifiques appellent des critères d'inclusion et d'exclusion afin de pouvoir comparer ce qui est comparable.

C'est pourquoi, il a été retenu des femmes âgées de 18 à 30 ans, n'ayant pas fait de chirurgie mammaire, qui portaient un soutien-gorge avant d'entrer dans l'étude, qui n'en n'ont pas porté durant toute l'étude, ayant une masse grasse inférieure à 29% et qui soit relativement stable sur la durée de l'étude (à 4 kg près), sans grossesse antérieure, fumant moins de 3 cigarettes par jour, ne suivant pas un régime végétalien.

Les graphiques qui suivent représentes donc le portait type suivant :

- pour la première (en pointillé) : une femme de 21 ans mesurant 1m65 pour une masse de 57 kg (IMC = 21) pratiquant 6 heures de sport par semaine

- pour la seconde (en trait plein) : une femme de 20 ans mesurant 1m63 pour une masse de 57 kg (IMC = 21,5) pratiquant 7 heures de sport par semaine

 

Le confort physique s'améliore : (détails des calculs)

On constate que les femmes s'habituent très rapidement à l'absence de soutien-gorge. L'inconfort initial étant probablement dû à des facteurs psychologiques et/ou sociologiques.

En ce qui concerne les douleurs aux seins, l'expérience montre qu'elles disparaissent au bout d'une à deux semaines, le temps nécessaire pour que les tissus du sein se réadaptent à la pesanteur.

 

 

Le mamelon se relève et se redresse : (détails des calculs)

Même si le relèvement du mamelon n'est pas spectaculaire, sa hauteur augmente sensiblement pour atteindre une position stable au bout d'un an.

Cependant, son angle poursuit son évolution de manière très importante pour se stabiliser au bout de 2 ans.

 

 

Le triangle de BUFFON se modifie : (détails des calculs)

L'écartement des mamelons n'évoluent pratiquement pas au cours du temps, alors que les côtés du triangle de BUFFON, eux, diminuent.

Ceci indique bien un redressement des seins verticalement pour se stabiliser au bout de 2 ans.

 

 

Le volume du sein augmente et l'aréole diminue : (détails des calculs)

On constate clairement que le volume des seins augmentent, et cette évolution est encore notable au bout de 3 ans !

On constate dans le même temps, une diminution de la taille de l'aréole. Ceci indique que l'augmentation du volume se fait "à la racine" du sein. Le sein gagnant en fermeté, son volume ne se concentre plus vers l'aréole.

 

 

Le sein devient plus ferme : (détails des calculs)

Pour être clair, le coefficient 100% correspondrait, par exemple, au cas d'un sein siliconé qui ne bougerait pas.

En prenant du volume, les seins se raffermissent : ils se tiennent mieux.

En passant de la position verticale à allongée sur le dos, les seins s'étalent moins. Ce phénomène semble se stabiliser au bout de 2 ans.

En passant de la position verticale à procubitus (penchée vers l'avant), les seins pendent de moins en moins. Ce phénomène semble se poursuivre encore un peu au-delà des 3 ans !

Les seins continuent encore à se raffermir.

 

 

Le muscle du cou se tonifie : (détails des calculs)

On constate que le mamelon gagne en mobilité au cours de "l'exercice du I". Le phénomène semble se poursuivre au-delà de 3 ans.

Ceci indique que le muscle peaucier du cou se renforce, à moins que ce ne soit la peau du décolleté elle-même qui se raffermisse. Les seins sont donc mieux soutenus.