Une Question d'Hygiène
Vivre sans sous-vêtement est plus hygiénique ! Vous êtes surpris ? Vous en doutez ? Forcément puisque notre société fait tout pour vous faire acheter ces artifices qui sont en fait un poison pour notre corps.

En 1995, les docteurs Sydney Singer et Soma Grismaijer (University of Texas Medical Branch), ont publié leur livre "Dressed to Kill : The Link Between Breast Cancer and Bras" ("La Relation Entre Le Cancer du Sein et Le Soutien-Gorge"). Leur étude a inclus près de 4 600 femmes ; la moitié d'entre elles avaient un cancer du sein et l'autre moitié non. Ils ont montré que plus il est porté longtemps par jour, plus la probabilité de contracter un cancer du sein est élevé. Et que les femmes qui n'utilisent pas de soutien-gorge ont une probabilité extrêmement faible de développer un cancer. Il est évidemment qu'on ne peut pas dire que c'est le soutien-gorge seul qui cause le cancer du sein, mais il est clairement défini qu'il y contribue.
Voici le risque du 
cancer du sein
Temps d'utilisation
24h par jour 
 
75% de risque 
d'avoir un cancer
> 12h par jour 
 
14% de risque
< 12h par jour 
 
0,7% de risque
Rarement ou jamais 
 
0,6% de risque
Il est d'ailleurs frappant qu'actuellement de plus en plus de célébrités apparaissent en public sans soutien-gorge. Peut-être ont-elles eu vent de cette étude américaine ? Et vous ? Etes-vous réellement prête à prendre ce risque ?

Et en ce qui concerne l'hygiène intime. Savez-vous que les mycoses sont principalement causées par le Candida Albicans ? C'est une levure (champignon unicellulaire) naturellement présent au niveau de la vulve et du vagin (avec bien d'autres). Mais lorsqu'il se multiplie et devient majoritaire, il déclenche la mycose et les pertes vaginales malodorantes (poisson pourri) car il est anaérobie (il se développe en absence d'oxygène).
Les médecins préconisent de ne pas porter de sous-vêtements synthétiques mais en coton, afin de pouvoir les faire bouillir à 70°C minimum. Etes-vous prêtent à vous ébouillanter pour en être débarrassées ? Ceci est bien évidemment ironique…
L'excès d'hygiène détruit l'équilibre naturel de la flore vaginale. Le pH du vagin étant aux environs de 5, un savon classique (pH > 7) tue les bonnes bactéries (et les mauvaises) et l'utilisation journalière de protège-slips assèche les muqueuses et font descendre le pH en dessous de 4, accélérant le développement du Candida Albicans.
Ils préconisent également de ne pas porter de vêtements serrées, qui favorisent la macération des muqueuses créant une zone chaude et humide : terrain idéale pour le développement des mycoses.
Vous l'aurez compris, le Candida Albicans aime les zones humides, chaudes et dépourvu d'oxygène. Et que fait une culotte ?
- elle retient facilement la transpiration naturelle de cette zone,
- elle la maintient au chaud
- elle diminue l'oxygénation de la peau et des muqueuses.

La morale bien-pensante indique donc de devoir changer de culotte tous les jours, mais s'en affranchir est également une solution. L'air circulant librement sous une jupe réduit la transpiration, diminue l'excès de chaleur corporelle et oxygène la peau et les muqueuses, empêchant ainsi la prolifération du Candida Albicans.

En ce qui concerne l'excuse des menstruations, c'est bien une excuse. Il y a bien d'autres solutions que les serviettes hygiéniques ou les tampons, qui déséquilibrent tous les deux le pH intime et peuvent provoquer un Syndrome du Choc Toxique (SCT).
Pour les solutions alternatives, il y a notamment les coupes menstruelles (meluna, mooncup, ladycup…) et les éponges naturelles.