Suivez le Guide…

 

Vu la pression sociale que subissent les femmes, il faut beaucoup de courage et prendre sur soit et s'affranchir entièrement, et définitivement, de ce satané soutien-gorge. Et, pour celles qui ont décidé de ne plus en mettre, cela s'avère être presque aussi dur que de s'arrêter de fumer tellement la dépendance à cette accessoire est forte.

C'est pourquoi, ce guide devrait vous aider pour vivre enfin Seins-Libres. A moins que vous ne vous posiez encore quelques questions…

"Je suis obligé d'en mettre un parce que sinon ça me fait mal."

"Ça, c'est pas pour moi, j'ai de trop gros seins."

"Comment je vais faire pour rester "décente" avec mes tétons ?"

"Mais comment font les femmes pour assumer ce choix ?"

"Comment faire pour gérer "le regard des autres" et le "qu'en dira-t-on" ?"

"On m'a toujours dit qu'il fallait mettre un soutif pour faire du sport."

"Je suis enceinte, est-ce quand même indiqué ? Et pendant l'allaitement ?"

"Chez le médecin, comment je vais faire ?"

 

Maintenant, après avoir balayé ces quelques préjugés vous êtes fermement décidée à bannir vos soutifs de votre garde-robe. Mais comment faire ?

 

Tout d'abord, garder bien à l'esprit que vous devrez assumer le fait que vos tétons puissent pointer le bout de nez sous vos vêtements, mais comprenez bien que ce phénomène est tout aussi naturel que le clignement de vos yeux et que ce n'est pas quelque chose dont vous devrez avoir honte. De toute manière, même avec un soutif, il n'est pas rare de voir la pointe des tétons chez d'autres femmes. Et alors ?

 

Une autre chose, maintenant que vos seins seront en liberté, ils bougeront et vous vous sentirez libre, mais ce n'est pas immoral. Il n'y a pas d'interdictions pour vivre Seins-Libres, quel que soit l'endroit où vous allez (que ce soit dans votre vie quotidienne, sur votre lieu de travail, pour vous rendre à l'église…). Pendant des siècles, des milliards de femmes allaient à ces évènements les seins libres de tous soutifs avant qu'ils ne soient inventés. Ce n'est donc pas un argument valable pour s'opposer à vivre Seins-Libres.

Vous n'êtes pas obligée d'exposer votre poitrine nue aux yeux de tous, il est tout à fait possible de vivre Seins-Libres tout en restant discrète.

 

Certes, vous allez surement avoir sur vous des regards de désapprobation (à moins que ce ne soit, en fait, de la jalousie ?), de curiosité, et même d'amusement, mais sachez bien que vous finirez par ne plus y faire attention : tout comme vous ne remarquez plus le regard de ces messieurs qui reluquent, TOUS LES JOURS, votre poitrine…

Là, c'est pareil. Dans un mois, tout au plus, ça ne sera plus un problème : vous n'y penserez plus ! De toute façon, il est futile d'espérer plaire à tout le monde.

 

ETAPES PAS A PAS :

Vivre Seins-Libres n'est pas forcément quelque chose de facile à faire pour toutes les femmes. Cela dépendra beaucoup de votre caractère, de votre état d'esprit, mais aussi de la taille et de la forme de vos seins. Une femme avec de petits seins et qui se moque du regard des autres pourra abandonner son soutif du jour au lendemain, alors que quelqu'un de plus timide ou qui a une forte poitrine devra vaincre ses réticences étapes par étapes. Cela sera d'autant plus vrai si vous êtes timide avec une forte poitrine !

 

Suivre un plan permet de se donner des objectifs simples qui, une fois réalisés, apportent un sentiment gratifiant qui donne confiance en soi et permet d'aborder le prochain objectif avec plus de sérénité. L'autosatisfaction est très importante dans ce genre de démarche !

 

Les temps définis ci-dessous ne sont qu'indicatif. Certaines auront peut-être besoin de plus de temps, d'autres non. Mais l'expérience montre que plus on arrive à l'étape 5) rapidement, plus on assume facilement ce changement de vie.

 

1) A quelle période de l'année commencer ? (J0)

Commencer en hiver peut être une bonne période puisque vous pourrez ainsi dissimuler votre absence de soutien-gorge sous un pull, un sweat-shirt ou tous autres vêtements plus ou moins épais. Cependant, l'été est également une période favorable puisque c'est un moment où les corps se dénudent : il est donc moins choquant d'être sans soutif , particulièrement pendant les vacances.

Ceci dit, vous pouvez décider d'abandonner votre soutien-gorge à n'importe quel moment de l'année en choisissant convenablement les vêtements qui ne mettent pas trop en évidence vos Seins-Libres.

 

2) Commencer chez vous : (semaine 1)

Vous serez ainsi plus tranquille pour apprivoiser vos sensations retrouvées et vous ne vous préoccuperez pas du regard des autres. Otez votre soutif dès votre retour chez vous, après le travail, le lycée, le collège…). Vous le faites peut-être déjà, si non, faites-le ! L'idéal étant que vous le retiriez dès la fin de votre journée de travail, dans un vestiaire, aux toilettes, dans votre voiture : le plus tôt possible. Vous aurez le sentiment d'avoir oublié quelque chose car vous sentirez vos seins bouger tout le temps. Ayant perdu l'habitude de les sentir bouger, vous trouverez peut-être cela gênant au début, mais cette sensation disparaitra rapidement et fera place à un sentiment de confort et de liberté.

 

Bien sûr, les week-ends, vivez 24h/24h Seins-Libres !

 

Tout ceci implique de ne plus remettre de soutien-gorge pour quelque activité que ce soit (faire les course, faire du sport, se promener…). Vous verrez, c'est étrangement bien plus facile qu'il n'y parait. Si vous le pouvez, prenez une semaine de congés et vivrez là sans soutif. Vous constaterez déjà qu'au bout d'une semaine vous vous sentirez mieux : cela vous donnera confiance en vous.

 

Si toute fois ça vous mets mal à l'aise de sortir de chez vous sans soutien-gorge, ne le remettez surtout pas ! Passez simplement un petit débardeur en lieu et place de votre soutien-gorge ou mettez quelque chose sur vous (une veste, une écharpe, un shale…) afin de masquer un peu vos tétons si c'est cela qui vous dérange.

 

Vous avez mal sans votre soutif ? Vous pensez donc que c'est la preuve que vivre Seins-Libres n'est pas pour vous ?

Au contraire ! C'est la preuve que vos seins se réadaptent à la pesanteur. En se tendant, les fibres se renforcent petit à petit. Quand il y en aura suffisamment qui se seront reconstituées et renforcées, vos seins ne vous feront plus mal. Le temps dépendra fortement de la taille de vos seins…

 

3) Une semaine complète de liberté : (semaine 2)

Après les week-ends et les soirées sans soutif, tranquille, chez vous, vous devriez ressentir cette sensation de liberté et prendre conscience que ce soutif est vraiment désagréable à porter au quotidien. Mais pour que cela soit probant, il va falloir que vous le constatiez après une ou deux semaines complètes sans soutif.

 

Si vous ne pouvez pas profiter d'une semaine de congés pour passer cette étape, faites-le, discrètement, au cours de votre activité professionnelle. Fixez-vous 2 ou 3 jours dans la semaine (qui ne se suivent pas forcément) au cours desquels vous irez travailler (ou étudier) sans soutif. Le vendredi est idéal car c'est le début du week-end avec un peu moins de monde dans les entreprises (merci les RTT…). Vous aurez alors l'impression de braver un interdit. Pour cette occasion, vous trouverez forcément une tenue qui ne dévoilera pas au grand jour votre absence de soutien-gorge.

 

Il se peut que vous ayez peur que (dans le métro, le bus, le train) les gens s'aperçoivent que vous êtes Seins-Libres sous vos vêtements et qu'ils ne vous dévisagent. Même si ce n'est pas le cas, vous aurez surement cette impression. Pour cette étape, et avoir l'esprit tranquille, vous pouvez toujours mettre votre soutien-gorge pour faire le trajet domicile-travail, puis le retirer (aux toilettes par exemple) dès votre arrivée sur votre lieu de travail. Idem pour le trajet travail-domicile. Au bout d'une ou deux semaines, cette petite entorse au contrat devrait ressembler plus à une torture qu'à un soulagement pour vous.

 

4) Prendre de l'assurance : (semaine 3)

Le premier mois est le plus effrayant, mais le but est d'arriver à faire vos activités courantes Seins-Libres. Pour cela, lancez-vous quelques petits défis pour gagner en assurance et prendre confiance en vous.

- effectuez un tour de pâté de maison Seins-Libres avec un simple T-shirt pour vous promener (ou sortir votre chien)

- faites un petit tour dans les magasins et pourquoi pas, faire carrément vos courses de la semaine ainsi

- portez un haut un plus moulant en ne prêtant pas attention aux gens

- rendez visite à vos amis (ou votre famille) sans soutif

 

Les premiers jours avec des proches, particulièrement avec les membres de sa famille, sont durs. Vous ressentirez l'envie de vous cacher, mais ne le faites surtout pas ! Laissez-vous aller. Mais pour soulager votre peur, expliquez-leur simplement que désormais vous avez décidé de vivre Seins-Libres parce que les soutiens-gorge sont mauvais pour les seins. Cela pourrait être location d'un vrai débat sur le sujet…

Mais si vous ne voulez pas vous engager dans un débat philosophique avec vos proches, vous pouvez dire que c'est votre médecin qui vous le conseil aux vus des dernières études sur le sujet.

 

5) Se jeter à l'eau : (semaine 4)

Au bout de 3 semaines, vous devriez être tout à fait à l'aise sans soutif dans vos activités quotidiennes. Il est temps, alors, d'entamer la prochaine grande étape : aller travailler ou étudier Seins-Libres.

 

Le règlement intérieur de votre entreprise (ou de votre lycée) concernant la tenue vestimentaire ne peut, en aucun cas, vous dicter quel sous-vêtement vous devez, ou non, porter. C'est illégal ! On vous demandera simplement d'avoir une tenue correct (exemple, pas de décolleté plongeant) et de ne pas exposer vos seins (par un haut trop transparent par exemple).

Si quelqu'un vous oblige absolument à porter un soutif, c'est une atteinte à votre vie privée et cette simple allusion est suffisante pour porter plainte pour "harcèlement sexuel".

 

Au début, vous pouvez utiliser un substitut à votre soutien-gorge. Un débardeur à fine bretelle fait parfaitement illusion. Mais vous ne devez surtout pas céder à la tentation de remettre votre soutif !

Vous devez vivre Seins-Libres même pour travailler ou étudier.

 

Au final, vous trouverez facilement ce qui est acceptable pour vous sur votre lieu de travail. Par exemple, pour un travail en relation avec la clientèle, vous devrez juste choisir des vêtements non-transparents. Et si vous devez absolument avoir un chemisier, optez pour le débardeur sous celui-ci.

 

Très rapidement, vous ne penserez plus que vous ne portez pas de soutien-gorge. Vous serez pleinement concentrée sur votre travail : vous en aurez pris l'habitude de vivre Seins-Libres.

 

6) Une liberté enfin retrouvée !

Au cours de votre quatrième semaine, vous aurez remarqué que vous vous sentez bien Seins-Libres et que VOUS N'AVEZ PLUS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN-GORGE !

En principe, à ce stade, vous ne penserez plus du tout aux regards de vos collègues qui pourraient se poser sur vous. Et si de temps en temps on vous en fait la remarque (ou en se moquant gentiment), vous verrez que ça n'ira pas très loin et qu'ils s'habitueront rapidement à votre nouveau style de vie : tout comme vous.

Finalement, au bout de 4 semaines, vous serez complètement à l'aise avec votre nouveau style de vie jusqu'à même, pouvoir serrer des personnes dans vos bras sans appréhension, en oubliant votre absence de soutien-gorge.

 

Déjà, vous sentirez que vos seins seront devenus étonnement plus ferme qu'avant. Ils se maintiendront bien mieux et bougeront beaucoup moins qu'au tout début. Vous trouverez également naturel si vos tétons pointent le bout de leur nez, parce qu'après tout, les seins ont des tétons. Vous cesserez également de croiser vos bras pour cacher vos seins car vous n'en aurez plus honte. Il se peut même que vous en soyez très fier.

 

Il n'y a RIEN DE MAL à vivre Seins-Libres et que l'on puisse aussi voir nos tétons, tout comme il n'y a rien de mal à voir ceux d'un homme !

 

Donc, n'enfilez plus de soutif le matin, mais

faites ceci…

 

Ce guide n'est certainement pas exhaustif, mais il devrait déjà vous être fort utile pour vivre Seins-Libres. Si vous souhaitez y apporter des précisions (ou parler de votre expérience), vous pouvez le faire par l'intermédiaire du forum.

 

 

 

 

Questions / Réponses :

"Je suis obligé d'en mettre un parce que sinon ça me fait mal."

FAUX.

Les douleurs sont la preuve que vos seins n'ont plus l'habitude de subir la pesanteur. L'expérience montre qu'elles disparaissent totalement au bout d'une semaine (deux dans le pire des cas).

Au final, les douleurs auront totalement disparus : les fibres ayant repris de la tonicité.

 

"Ça, c'est pas pour moi, j'ai de trop gros seins."

FAUX.

Vivre Seins-Libres n'est pas un problème de taille de bonnets, mais plus les seins sont gros, plus le temps d'adaptation sera long. Dans ce cas, il est déconseillé d'abandonner le soutien-gorge du jour au lendemain, mais d'y aller petit à petit. D'abord seulement les week-ends et en semaine, avoir quelque chose qui maintiennent les seins comme un haut très moulant.

Mais si vous avez déjà une ptôse sévère (le téton qui regarde directement le plancher), il est probablement déjà trop tard : à vous de voir…

 

"Comment je vais faire pour rester "décente" avec mes tétons ?"

Qu'est-ce que l'indécence ? C'est à chacune, en fonction de son caractère (ou de son humeur du jour), de savoir où placer le curseur. Ce qui semble être correct pour les unes, ne le sera pas forcément pour les autres (exemples).

Mais un téton qui pointe n'est donc pas forcément le résultat d'une excitation sexuelle ! Cette image a été (et est toujours) essentiellement véhiculée par les hommes, car quand ils ont une érection, c'est toujours à cause d'une excitation sexuelle. Par conséquent, ils pensent que pour les femmes c'est la même chose : C'EST FAUX !

Un téton est naturellement saillant, et s'il devient dur, ça peut être pour tout un tas d'autres raisons (le froid, la peur, un bruit désagréable, l'ovulation, un déséquilibre hormonal…). C'est exactement le même réflexe qui permet aux poils de se redresser sur la peau et qui se nomme la piloérection.

 

"Mais comment font les femmes pour assumer ce choix ?"

Les femmes qui vivent Seins-Libres savent, maintenant, que le soutien-gorge n'est pas forcément utile pour garder de beaux seins. L'étude du Dr ROUILON est le seul argument qui permet de justifier de cette position. Parlez-en à votre entourage, il est possible qu'ils ne la connaissent pas.

 

"Comment faire pour gérer "le regard des autres" et le "qu'en dira-t-on" ?"

Quoi que vous fassiez, que vous pensiez, que vous disiez… il y aura toujours quelqu'un pour en dire du mal. En général, vous n'y prêtez pas attention et faites ce qui vous plait. Cette attitude devrait être la même pour votre vie sans soutif.

L'expérience montre que les femmes qui ont décidé de vivre Seins-Libres finissent par oublier le regard des autres et n'y pense plus du tout au bout d'un mois (dans le pire des cas). C'est juste une question d'habitude et de temps…

 

"On m'a toujours dit qu'il fallait mettre un soutif pour faire du sport."

Comme vu précédemment, c'est FAUX.

Jusque-là, il était légitime de penser qu'il faille protéger les seins de tous mouvements brusques pendant l'effort. Mais l'étude du Dr ROUILLON montre que ce n'est pas forcément le cas. Cependant, il est évident qu'un déplacement excessif du sein risque de causer des lésions aux tissus. Il faut donc que le sein puisse continuer à bouger (afin que les ligaments se renforcement sous le mouvement) mais pas trop (pour qu'ils ne se brisent pas par un étirement trop important des tissus).

De plus, ceci dépendra beaucoup de votre taille de bonnet : un petit sein pourra supporter sans problème les rebonds (course à pied, tennis…) alors qu'un sein plus gros ne le pourra pas. Dans ce cas, il faudra freiner ses mouvement avec un haut assez moulant, mais pas trop.

 

"Je suis enceinte, est-ce quand même indiqué ? Et pendant l'allaitement ?"

Dans l'étude du Dr ROUILLON, certaines femmes ont été suivit également pendant leur grossesse et leurs seins ne se sont pas transformé en gants de toilette contrairement, là encore, aux idées reçues. Ceci est également très bien expliqué par Ophélie BLOUME dans le documentaire "Ma vie sans soutif" de Virginie OKS.

Pendant la grossesse, ils vont prendre du volume et donc, il ne faut pas empêcher leur développement par un soutien-gorge devenu trop petit. Les ligaments de COOPER se renforceront et suivront, au fur et à mesure, le développent de vos seins.

Pendant l'allaitement, c'est la même chose, et il sera d'autant plus facile de nourrir votre bébé que vous n'aurez pas de soutif à défaire ou à dégrafer pour lui permettre de téter.

 

"Chez le médecin, comment je vais faire ?"

Ça, c'est l'argument ultime de mauvaise foi.

1) un médecin à l'habitude, de par son métier, de voir et même de toucher les seins des femmes

2) dites-vous bien que d'autres femmes que vous ne portent pas de soutien-gorge

3) c'est votre choix, comme tout médecin il se doit de le respecter